Promotion de l’égalité entre femmes et hommes : La mise en place de l'Observatoire national genre au centre des échanges

Six (06) ans après l'adoption de la politique nationale Genre et la mise en œuvre du premier plan d'actions opérationnel, il s'avère impérieux de compléter le dispositif de suivi- évaluation existant par la mise en place de l'Observatoire National du Genre qui jouera le rôle d'interface entre les

choix politiques, la recherche et le plaidoyer. Le lundi 08 juin à l'hôtel Pacific de Ouagadougou, Le ministère de la promotion de la femme et du genre a organisé une rencontre d'échanges sur la mise en place de cet Observatoire National du Genre au Burkina Faso. La rencontre qui a connu la présence des représentants des institutions et des départements ministériels concernés par le sujet, des organisations de la société civile et des partenaires techniques et financiers a été présidée par monsieur Jean Claude DIOMA, Ministre de la Culture et du Tourisme, au nom de madame la ministre dela promotion de la femme en mission. Le gouvernement du Burkina Faso s'est engagé résolument dans la lutte contre les inégalités entre hommes et femmes à travers l'adoption de la Politique Nationale Genre en juillet 2009 dont la vision est de parvenir, à terme, à construire «Â une société burkinabè débarrassée de toutes les formes d'inégalités et d'iniquités de genre, et qui assure à l'ensemble de ses citoyens et citoyennes, les sécurités essentielles pour leur épanouissement social, culturel, politique et économique ». Pour apprécier, les avancées de la mise en œuvre de la Politique Nationale Genre, il est nécessaire de disposer à tout moment des informations pertinentes. Ces informations qui portent, entre autres, sur le statut des femmes, des hommes et des relations de genre en termes de rôles, de responsabilités, d'accès et de contrôle des ressources, de participation à la prise de décision, de jouissance des droits fondamentaux dans divers domaines de la vie sociale, économique et politique, sont le produit du système de suivi et d'évaluation.

Disposer d'un document technique répondant aux attentes des uns et des autres

La rencontre d'échanges s'inscrit dans ce sens. Pour le ministre de la culture et du Tourisme, président de la rencontre, "les prises de décisions en matière de promotion du genre dans les choix politiques ne sauraient être effectives que dans la mesure où elles auraient été sous-tendues par des informations issues des données collectées et analysées avec toute la rigueur scientifique et auraient nécessité la contribution de tous les acteurs et actrices du développement. Et cela donnera son caractère national à cet observatoire sur l'égalité de genre que nous voulons mettre en place, souligne-t-il. Tout en félicitant les participants, partenaires privilégiés du MPFG dans la lutte pour la promotion de l'égalité entre hommes et femmes, pour leur présence à cette rencontre, il a émis le souhait qu'au sortir de cette rencontre, "nous disposerons d'un document technique répondant à nos attentes et que les échanges aboutiront à des propositions unanimement acceptées sur l'ancrage institutionnel de cet observatoire ainsi que l'identification des sources de financement nécessaires pour son opérationnalisation".

La rencontre d'échanges qui avait pour objectif de maintenir et valoriser la synergie d'actions pour une réduction des inégalités hommes/femmes a permis aux participants d'examiner le draft du document technique de l'Observatoire nationale du genre, d'échanger sur son ancrage institutionnel et d'identifie les sources de financement pour sa mise en place et son fonctionnement.

Les discussions au cours de ces échanges ont été très enrichissantes. En plus de l'opportunité ou non de la mise en place d'un Observatoire, les débats se sont focalisés sur l'ancrage institutionnel de l'Observatoire. Qui du premier ministère, du ministère de la promotion de la femme et du genre ou de l'Institut national des Statistiques et de la Démographie (INSD) va abriter l'Observatoire ? Cette question est revenue longuement au cours des échanges. Au regard des discussions qui ont émaillé la rencontre, les participants ont fait des propositions dont, le prolongation de la réflexion pour prendre en compte l'expérience d'autres pays en la matière, la révision du statut de l'Observatoire, etc.

Prenant en compte les préoccupations exprimées et les propositions faites, monsieur René TASSEMBEDO, Directeur général des Statistiques et des Etudes sectorielles, représentant le Ministre de la promotion de la femme et du genre a remercié les participants pour ces échanges fructueux et leur a donné rendez vous pour une autre séance ou un document plus consensuel sortira des travaux.

Sarah TAMOU