Missions spécifiques

Le Ministère de la Promotion de la Femme et du Genre est chargé :
1) En matière de promotion de la femme :

  • de l'élaboration, la mise en œuvre et le suivi-évaluation de la politique du gouvernement en matière de promotion socio-économique et politique de la femme ;
  • de la réalisation de recherches pour une meilleure connaissance de la situation sociale des femmes au sein des différentes communautés et l'identification des pratiques traditionnelles néfastes ;
  • de l'instauration d'un dialogue social constructif et d'un partenariat novateur avec les leaders coutumiers et religieux pour la promotion de la femme et l'amélioration continue de son statut social au niveau communautaire ;
  • de la promotion des droits de la femme en matière de santé de la reproduction ;
  • de l'élaboration, de l'amélioration et la vulgarisation des instruments juridiques nationaux et internationaux en faveur des droits des femmes et des filles et la promotion de leur application ;
  • de la promotion de l'accès des femmes aux sphères de décision et le renforcement des capacités des femmes élues et nommées ;
  • de la valorisation de l'expertise féminine et l'appui à la modernisation des métiers traditionnels des femmes ;
  • de la coordination et du suivi des actions en faveur de la femme auprès des partenaires et des structures concernés ;
  • de l'élaboration d'une stratégie nationale d'éradication des pesanteurs socioculturelles et des pratiques traditionnelles néfastes qui constituent des violences à l'égard des femmes et des filles ;
  • de l'élaboration et de la mise en œuvre de programmes prioritaires spécifiques en faveur des femmes et des filles dans les domaines critiques en complémentarité avec les politiques et programmes existants ;
  • de la construction et de la gestion des infrastructures de promotion de la femme (maisons de la femme, centres de promotion féminine) ;
  • de la lutte contre la pauvreté des femmes et la promotion de leur autonomisation économique ;
  • de la structuration, la coordination et le renforcement des capacités des organisations féminines au niveau national, régional et communal ;
  • du renforcement du cadre et des mécanismes institutionnels de promotion de la femme au niveau étatique et au sein des OSC ;
  • de la coordination et du suivi-évaluation des actions de promotion de la femme auprès des partenaires et des structures concernés et la capitalisation et diffusion des meilleures pratiques en la matière ;
  • du suivi-évaluation de l'impact des actions des organismes non gouvernementaux et associations féminines.


2) En matière de genre :

  • du pilotage et de la coordination de la mise en œuvre de la Politique Nationale Genre en relation avec les départements ministériels concernés ;
  • de la promotion de l'égalité d'accès aux sphères de décision à travers des campagnes de plaidoyer pour la mise en œuvre des mesures d'application de la loi sur les quotas genre ;
  • de la création d'un environnement socioculturel favorable à la réduction des inégalités entre les hommes et les femmes par la promotion d'une culture de l'égalité entre les sexes dans la société burkinabè ;
  • du suivi-contrôle et de l'évaluation des actions menées par les différents acteurs en faveur des femmes et de l'égalité entre les sexes à travers la publication de rapports périodiques ;
  • de l'élaboration et de la mise en œuvre de programmes leviers et structurants axés sur la réduction des inégalités genre dans les domaines prioritaires ;
  • de l'appui à l'institutionnalisation du genre au sein des ministères et institutions et du financement partiel de leur plan d'action sectoriel genre par l'entremise du fonds national genre ;
  • de l'appui à l'intégration effective du genre dans la formulation, la planification, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des politiques, programmes et projets prioritaires des ministères et des institutions au niveau sectoriel ;
  • de la promotion de l'intégration du genre dans les systèmes de planification et de budgétisation des projets au niveau sectoriel, central et communal ;
  • du développement d'un partenariat actif et d'une synergie d'actions dans le domaine du genre au Burkina Faso par la dynamisation des différents cadres de concertation mis en place pour favoriser le dialogue entre les ministères, les partenaires techniques et financiers et les organisations de la société civile ;
  • de la promotion du respect des droits et de l'élimination des violences basées sur le genre ;
  • de l'appui technique et du renforcement des capacités des acteurs du développement en matière de genre ;
  • de la coordination et de l'harmonisation des interventions des acteurs en matière de genre ;
  • de l'élaboration d'une loi sur l'égalité entre les hommes et les femmes au Burkina Faso suite à la constitutionnalisation du genre ;
  • de la création d'une base de données statistiques sexospécifiques de référence sur la situation des inégalités liées au genre existant entre les hommes et les femmes au Burkina Faso ;
  • de la mise en place et du démarrage effectif des activités de l'Observatoire national de l'égalité entre les sexes en partenariat avec l'INSD (MEF) ;
  • de la promotion et du suivi de l'accès équitable des hommes et des femmes à des services publics de qualité à tous les niveaux (central, régional et communal) ;
  • de la promotion de l'accès équitable des hommes et des femmes aux ressources naturelles (terre, eau, bois, etc.) et aux ressources publiques ;
  • de la promotion de l'adoption et de l'application des mesures permettant la participation égale des femmes et des hommes aux sphères de décision politique et administrative ;
  • de la promotion de l'adoption de la budgétisation selon le genre dans la planification des programmes et projets au niveau sectoriel, régional et communal ;
  • de l'élaboration des normes de référence et d'un code de bonne conduite en matière de genre pour l'ensemble des acteurs ;
  • de la conception et de la diffusion de programmes pertinents de réduction des inégalités hommes-femmes dans les domaines prioritaires de concert avec les ministères concernés ;
  • de l'élaboration et de la diffusion de manuels thématiques consensuels de formation en genre et développement.